La religion et le clonage

L'Eglise catholique est opposée à tout type de clonage, mais également à toute recherche sur l'embryon. Sa théorie est que le clonage thérapeutique pourrait ouvrir la voie au clonage reproductif, ce sur quoi nombreux scientifiques se rejoignent, car quelle est la limite entre ces deux types de clonage ? Quels sont les risques de dérives ?

De plus, selon l'Eglise catholique, le désir de soigner est légitime mais ne peut se faire au prix de mauvaises actions, comme la manipulation de l'embryon. Depuis la fin du XIXème siècle, l'Eglise considère que la vie humaine commence dès la fécondation (alors qu'une grande partie du corps médical considère qu’un être humain n'est tel qu'à partir de la nidation sur la paroi de l'utérus). L'Eglise définit donc l'embryon comme une personne en devenir, digne du droit à la vie et du droit à l'intégrité.

Malgré cela, l'influence que pourrait avoir l'Eglise catholique aujourd'hui sur les décisions en matière de bioéthique est assez minime, car la religion catholique n'expose que son point de vue, au même titre que d'autres instances.

 

De façon générale, toutes les autres principales religions sont du même avis que l’Eglise catholique, a part le Judaïsme qui tolère le clonage mais uniquement en cas de stérilité des parents (dans le cas d’un désir d’enfant), et pour la recherche

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site